Animal crossing

Bienvenue sur l\'un des nombreux forums Animal Crossing! Nous t\'invitons à partager toutes tes discussions qui te tiennent à cœur sur ton jeu favori! Tu peux aussi discuter de toute autre chose dans de différentes sections du forum.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mon âme soeur

Aller en bas 
AuteurMessage
^^lilice^^

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 23
Localisation : chez moi !

MessageSujet: Mon âme soeur   Mer 15 Sep - 5:47

Bonjour,
j'aimerais savoir si c'est possible d'écrire une fiction ne parlant pas de animal crossing.


Dernière édition par ^^lilice^^ le Mar 21 Sep - 6:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesados.forumgratuit.org
Lou
Admin
avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 25/08/2010
Age : 21

MessageSujet: Re: Mon âme soeur   Mer 15 Sep - 17:56

oui biensûr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://animal-crossing-fr.forums-actifs.net
^^lilice^^

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 23
Localisation : chez moi !

MessageSujet: Re: Mon âme soeur   Mar 21 Sep - 6:51

I


« Le réveil sonna à six heures dix, comme chaque matin, bien que je fusse réveillée depuis plus de dixminutes. Malgré mon volet vert pastel fermé, quelques filets de lumièrespassent et éclairent le bout de mon lit ainsi que ma moquette. Je me levai etouvris ma fenêtre. La douce chaleur d’un matin de Juin m’envahit. Je restai unmoment debout, figée, me délectant de cette chaleur. Puis j’ouvrais les volets,là la lumière du soleil m’aveugla et me chauffa encore plus. Je me préparaidans un silence de mort puis pris mon sac et, accompagnée de mon frère, jerejoignais puis montai dans le bus scolaire. Alors que je m’étais assise àl’arrière du bus, une voix monta jusqu’à moi :
« Je peux ? »
Je levai les yeux, étonnée, de ne pasmettre trompée de voix : Clément !
« C’est pas réservémalheureusement. Répondis-je glacialement. »
Il s’assied puis continua :
« Alex… »
Je sortis mon baladeur, plaçai lesécouteurs sur mes oreilles et mis le son à fond quand il m’arracha mesécouteurs.
« Écoute-moi !
-Et pourquoi le ferais-je ?Tandis que je répondais, je sentis un sourire narquois ce dessiner sur monvisage.
-Je sais, je sais… J’ai été dur toutau long de l’année avec toi mais…
-Non ? Tu crois ? Lecoupais-je ironiquement.
-J’en suis désolé, vraiment. »
J’en avais trop écouté et jereplaçais mes écouteurs sur mes oreilles.
« Attends !
-Quoi encore ?!
- Tu es libre vendredi vingt-huit ? »
Le vendredi vingt-huit : le balde promo ! Non il n’osera pas. Alors que j’acquiesçai.
« Je passe te prendre à vingtheure.
-Heu… Non finalement j’ai quelqu’unce soir là.
-Qui est ce ? »
Le bus s’arrêta et un garçon blondavec des yeux marron monta : C’était Eugène, il était avec moi entroisième.
« Lui !
-Eugène ?
-Oui, oui.
-Arrête de me faire rire, tu n’as paspersonne ! »
Tandis que je cherchais un moyen dene pas y aller, le bus finit sa route et s’arrêta au lycée. Je descendais avecClément et avant qu’il parte il lança :
« A vendredi vingt-huit à vingtheure alors. »
J’en restais bouche-bée : ilprenait vraiment ses rêves pour la réalité.
« TU vas au bal avecCLEMENT ! T’écriais »
-Euh… Non, enfin si apparemment… »
La sonnerie mis fin à mes begayages.
« Tu me racontera à la cantine ! »
Tu m’embrassas puis fila et moi, jepartis dans l’autre direction. Arrivée dans ma salle de cours, quelqu’unm’agressa :
« Alors comme ça, tu sors avecClément ! »
Cette voix je la reconnu aussitôt, jen’eus même pas de besoin de regarder la personne qui se tenais à coter demoi : Antoine.
« Alors comme ça tu esjaloux ? Répliquai-je
-Répond à ma question !
-En quoi cela te regarde t’il ?
-Ca me regarde !
-Non, plus depuis deux mois !
-Deux mois et une semaine ! Précisa-t-il.
- Ah, tu as compté ? C’est bienmais je m’en fou !
-J’ai toujours regretté.
-Le passé est le passé.
-Bonjour, tout le monde.Antoine ! A ta place. S’exclama le professeur de français. »
Le cours commença et passa lentement.Toute la matinée, j’évitais Antoine et à l’heure du déjeuner j’étais ailleurs. Tume parlais, parlais tandis que j’hochais de la tête juste pour qu’elle penseque je l’écoute.
Mais dès qu’il s’assied près de moi,que je sentis sa chaleur : je reviens à la réalité.
« Bon, j’ai finit : je vouslaisse. A ce soir Alex. »
Tu m’embrassas puis t’en alla.Clément engagea la conversation.
« Désolé. »
Je l’interrogeais du regard.
« Je t’ai obligé d’aller au balavec moi…
-Je suis ravie d’y allée avec toi etpuis, tu avais raison : je n’ai personne »
Il sourit et je lui rendis. Alorsqu’on sortait de la cantine, il me prit doucement la main mais ne ferma pas saprise. Je le fis pour lui. Il me regarda et son sourire s’agrandit.
Puis quand la cloche sonna on sesépara. Je ne le vis plus de la fin de la journée, ni lui, ni Antoine, ni mêmetoi. Je le cherchai dans le bus et quelqu’un m’agrippa : en quelquessecondes je fus sur ses genoux.
Durant tout le trajet il me serracontre lui. Juste avant de s’en aller, il pressa ses lèvres contre les mienneset je sentis son souffle chaud contre mon visage. Je le regardai descendre puischercha un cahier dans mon sac : j’y trouvai un mot !
Je t’aime fort et depuis longtemps
Clément
Je serrais le mot contre ma poitrine,songeuse puis je me résignai à prendre mon cahier de math. A la place de moncours de la journée, il n’y avait que son prénom partout ! Je ne puscroire que c’était moi mais dès que j’écris clément à coter des autres je nefus que obliger de me rendre à l’évidence que j’étais folle de lui !
Je descendis à mon arrêt et meretrouvai dans une ville déserte. Le bus me laissa là dans la ville vide. Pasun bruit, pas une personne. Toutes les maisons étaient fermées… Très glauquecomme ambiance.
Je pris tout de même la route. Lebruit de mes chaussures résonnant dans la rue me fit un peu peur. Jesursautai : le vent venait de faire bouger un arbre.
Mais que ce passe t’il ?! Medemandais-je.

Comme tous les jours, je traversaisdevant la boulangerie.
« Alex ? »
Je me retournais et vu la boulangèrequi continua de parler.
« Ne reste pas là, vast’en ! Rentre vite chez toi !
-Quoi ? Mais pourquoi ?
-Ils sont à ta recherche !
-Mais qui ?
-Les … »
Il eut un blanc puis j’entendis unmoteur lancé à fond. La boulangère hurla, je me retournai, vis une voiture bleutoute près de moi. Je m’envolai. Le soleil se rapprocha de mon visage, je leregardai pour la dernière fois. Je présentais la chute qui arriva trop vite àmon goût. Je savais que j’aurais le plus mal en tombant. Je pris de la vitesse,attirée vers le sol je tombais dans des bras ! J’ouvris les yeux etregardai :
Clément !
Lui qui habitait à 20 km de là, lui qui eu la force de me retenir, lui qui m’avais rendu folle.
« Clément. »
Il me regarda effrayé puis l’instant d’après j’étais sur la route et lui avait disparut. L’ambulance arriva, je l’entendais. J’essayai de me lever, en vain : ma tête tournai.
Je hurlai :
« Clément ! »
Mais seul le bruit de l’ambulance toujours plus près de moi me répondit.
Les ambulanciers me mirent sur un brancard, ils me montèrent dans l’ambulance et juste avant qu’il ferme la porte, j’entendis très distinctement :
« Je t’aime fort et depuis longtemps.
-Moi aussi, Murmurais-je.
-Je sais… Ca fait tellement longtemps que je t’attends. »
Puis je tombai dans un gouffre, lenoir m’absorba tandis que ces derniers mots revenaient en boucle dans matête : « Ca fait tellement longtemps que je t’attends » »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesados.forumgratuit.org
mzelle.cloclo



Messages : 93
Date d'inscription : 26/08/2010

MessageSujet: Re: Mon âme soeur   Mer 22 Sep - 7:02

Génial grand et passionnant j'adore. Par contre penses a te relire... Tu verra...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon âme soeur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon âme soeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BRUDER / SCHWESTER - Frère / Soeur militaire (F - N)
» Messe d'adieu à notre soeur Audra.
» soeur marie therese des batignolles
» La sombre histoire des soeur alabham.
» [Fiche] fourni-soeur-emanuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Animal crossing :: .:Discution:. :: .: Fictions :.-
Sauter vers: